vendredi 7 mars 2014

La Molisana, Lausanne



Je dois avouer que je suis plutôt très méfiant des restaurants italiens en Suisse romande que je qualifierais généralement comme soit quelconques avec des cartes inintéressantes ou alors totalement surfaits où l’on vous fait croire que le chef fait une cuisine exclusive à des tarifs complètement surfaits car l’on vous a balancé sur l’assiette des tranches de lard de Colonnata…

Me rendant à un spectacle dans un coin peu décentré de Lausanne, me voici parqué non loin de l’avenue de Tivoli qui est une artère principale à l’entrée de la ville. C’est là que se trouve  la Molisana, un établissement qui de l’extérieure ne paie pas de mine et ressemble à d’innombrables autres pizzerias. Une fois à l’intérieur, on apprécie immédiatement l’accueil qui est souriant et chaleureux.

 
Une salle plutôt agréable où visiblement l’on a fait un effort sur la décoration avec des chaises recouvertes de velours, des rideaux du même tissu, une jolie exposition de bouteilles dans d’énormes caves à vin, un comptoir-bar où le patron semble être très à l’attention de ce qui se passe en salle.



On nous propose le choix de plusieurs tables et immédiatement l’on vient aimablement nous proposer de prendre un apéritif et nous apporter la carte. Notre serveur nous suggère quelques bouteilles de vin avec enthousiasme, ce qui est plutôt plaisant. A première lecture de la carte, on réalise que ce n’est pas qu’une pizzeria mais plutôt une trattoria avec une très belle sélection de plats. Evidement il y a des pizzas mais il y a bien d’autres plats plus intéressants que l’on ne voit pas partout et pour commencer une page dédiée à la truffe. 
 
Ce qui me plait c’est qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Ceux qui ont un budget limité pourront choisir des mets classiques et si vous avez envie de faire un repas différent, les plats plus cuisinés sont vraiment attirants.  Je questionne notre sympathique serveur sur l’origine des truffes et ce dernier me dit qu’elles proviennent de Molise. Le Molise est une région d’Italie centrale, née de la séparation avec la région Abruzzes, marquée par la beauté de ses forets spectaculaires. C'est une région accidentée, de montagnes Apennins et de collines, la Mer Adriatique borde le Molise. Les prestigieuses truffes blanches sont fréquentes dans les vallées humides à l’intérieur d’une province de Molise appelée Isernia et dans les zones plus sèches, on trouve en abondance les truffes d’été et les truffes noires. J’imagine que le nom du restaurant provient donc de la région !

Des truffes noires avec au choix burrata, œufs, carpaccio et pâtes ou même divers tartares, servis soit en « entrée » soit en « plat ». Une aubaine de proposer « la dégustation » qui sera mon choix.

Première observation, le pain qui nous est apporté ne ressemble à rien de ce que l’on trouve localement car j’ai vraiment l’impression de manger un pain blanc italien. J’apprends que ce dernier est réalisé sur place, ceci confirmant ma pensée.

 
Pour commencer il y aura une salade de dent de lion. La salade est un mélange de feuilles toutes fraiches avec des croutons qui sont faits maison et poêlés au dernier instant ; quelques lardons bien égouttés et un œuf sur dessus parfaitement cuit car encore coulant. Ce n’est qu’une salade mais c’est vraiment soigné et parfaitement assaisonné.


Je reçois mon assiette de dégustation avec une burrata, un œuf et le carpaccio. 


La truffe est généreusement tranchée sur le dessus et les arômes de l’assiette me parviennent aux narines. La burrata des Pouilles avec son cœur bien crémeux est délicieuse et la truffe a une incomparable odeur de sous-bois, de terre et d’humus. 


L’œuf poêlé est cuit à la minute, le carpaccio est délicat. Une très belle assiette qui un vrais bonheur pour l’amateur de ce champignon.


Etant également dans une pizzeria, pourquoi ne pas tester une d’entre elles et cela sera la pizza Roberto, tomate, mozzarella, jambon cru, rucola, parmesan. La pâte est fine, généreusement recouverte des ingrédients. L’apparence est convaincante avec cette rucola bien fraiche et le parmesan frais coupé en lamelle. Une bonne pizza.


Je me laisserai tenter par les recommandations du chef du moment avec les tagliatelles aux cigales de mer et chaire de crabe. Une belle et généreuse assiette arrive qui semble être bien gourmande. Il y a pâtes et pâtes…et je dois avouer que ce fut vraiment délicieux dans son genre. Des pâtes maison cuites « al dente », une sauce réduite à base de tomates fraiches presqu’allégée sans trop d’huile et surtout ces délicieuses cigales cuites vraiment impeccablement. Elles sont encore moelleuses alors que souvent les pâtes avec des fruits de mer sont souvent quelconques car cela a trainé dans la poêle ou alors c’est du congelé. Le produit est excellent, l’ajout d’un peu de chaire de crabe apporte une saveur marine additionnelle.


Sur les recommandations de notre garçon, un joli vin des pouilles, Feudo  di Santa Croce, Malnera 2011 de Salento Negromaro, Malvasia nera.

 
Comme nous sommes vraiment séduits par cette irréprochable cuisine jusqu’à présent, nous partagerons un tiramisu qui a nouveau était tout simplement parfait. Souvent il a trainé dans un frigo, ou alors est compact ou même du liquide réside au fond… Ici c’est léger, frais ; tout est parfaitement dosé entre café, amaretto et mascarpone. 


J’oublie de préciser que le patron régulièrement vient contrôler que tout se passe bien à table et que le client soit satisfait, sans parler de la sincère poignée de main en arrivant.


Voici une table qui se donne beaucoup de peine. Des produits de qualité, des efforts dans les propositions de plats, une cuisine bien réalisée, un service courtois et souriant. Une belle adresse.