samedi 1 mars 2014

Brasserie du Grand Chêne, Lausanne



Partis pour un spectacle non loin du Flon, je me suis dit qu’un repas au préalable serait le bienvenu sachant qu’il ne serait probablement pas voire peu facile de manger après 22 :00. Après quelques repérages, la brasserie du Grand Chêne me sembla être l’endroit idéal. Parking juste devant qui grâce à son ascenseur permet de rapidement descendre et surtout… c’est la brasserie du Lausanne Palace ! L’un des restaurants du plus prestigieux établissement de la ville.

Un repas limité en temps mais cela ne devait pas poser trop de problèmes. Sur l’entrée gauche du Palace, l’entrée de la brasserie ne peut être manquée avec une classique devanture de mareyeur. 



Une fois à l’intérieur nous voici effectivement dans un décor de brasserie mais quand même avec une touche élégante puisque nous sommes au Palace.



Un intérieur boisé avec presqu’un petit côté britannique, des tables élégamment dressées, une ambiance un peu feutrée. 

Nous serons donc placés au second dans une salle qui a vue plongeante sur celle du bas et qui a de grandes fenêtre qui donnent évidement sur la rue du Grand Chêne.  Un décor toujours plaisant mais comme je l’ai précédemment indiqué, plus chic que la traditionnelle brasserie style parisienne.




Une carte de plats traditionnels français avec évidement un choix de fruits de mer en plateaux mais aussi un certain nombre de mets vaudois ou je devrais plutôt dire « réinterprétation de mets vaudois ». Des choucroutes, des viandes, du pot au feu et aussi des classiques d’outre Sarine.

Comme il y a des moules qui sont affichées et que l’un des convives semble intéressé, je me demande si ce sont des Zélande ou des Bouchot. J’hèle notre garçon et lui demande l’origine de celles-ci et me répond de Slovénie…… Je ne savais pas si je devais m’écrouler de rire ou pas mais « celle-ci » je la classerai dans les annales des discussions de restauration et ne manquerai pas de la ressortir…. On pourrait me rétorquer qu’il y a un bout de côte dans le golfe de Trieste mais je doute très fortement que l’on aille s’approvisionner de Lausanne là-bas et en plus je ne suis même pas sûr qu’il y en ait… Le maitre d’hôtel qui passe par là nous confirme qu’elles proviennent d’Irlande et nous dit que comme c’est la fin de la saison, elles sont ramassées au large et donc plus petites...

Je choisis tout d’abord dans la sélection du mois un Saint-Chinian Veillée d’Automne 2009 du clos bagatelle, un vin très souple et gourmand avec des arômes de fruits noir. Ne me rappelant plus précisément où se trouve Saint-Chinian, je re-questionne notre serveur  de l’hexagone qui me dit « près du Gard »… Je ne savais pas si je devais à nouveau ou non rigoler mais c’est sûr que ce n’est pas dans cette région… 


Pour commencer une soupe à l’oignon gratinée pour l’un, qui s’avéra être vraiment délicieuse avec un bouillon bien concentré, un franc goût d’oignons presque sucrés et un fromage de qualité pour gratiner le tout.


Pour moi un pithiviers aux poireaux et saucisson vaudois « I.G.P. » de chez Suter. Normalement le pithiviers est un gâteau feuilleté à base de crème d’amande mais ici en version salée. La pâte est délicieuse, légère ; le saucisson (Indication géographique protégée) de Villeneuve est vraiment excellent ; la compotée de poireau est vraiment fine. J’apprécie également la couronne de salade frisée intelligemment assaisonnée avec un bon vinaigre bien classique et pas  le lassant balsamique. Une très bonne entrée à recommander.


En plat principal je choisis le soufflé de crabe pimenté sauce Nantua. Le soufflé est présenté au milieu d’une assiette avec sa sauce et sur le dessus un bouquet d’herbes fraiches avec de l’aneth et du cerfeuil. Le soufflé sent bien le crabe mais je regrette cet ajout un peu inattendu d’une sorte de crème à base de moutarde en grains qui ne s’harmonise pas trop bien avec la sauce Nantua. Sauce tout à fait bien réalisée avec un goût puissant d’écrevisses et cognac. 


En à côté une jolie petite salade mêlée pour accompagner le plat. J’apprécie que les feuilles soient différentes de celles de mon entrée.


Là où c’est la grande déception c’est avec la cocotte de moules en marinières, pommes frites. La qualité des moules est correcte mais la sauce est totalement insipide. Je m’attendrais tout de même à trouver autre chose qu’une sorte d’eau sans trop de goût avec quelques branches de thym dans un tel établissement surtout que cette recette est surement la plus éculée qu’il soit et quasi impensable que l’on puisse la rater… Nous signalons à notre cher serveur que ce n’était franchement pas terrible et celui-ci me dit « …avez-vous déjà mangé en France ? On ne peut pas comparer les moules ici avec celles servies à Paris… ». J’ai failli encore vraiment rire mais suis resté poli... Si l’on ne sait pas faire une « marinière » au Palace à Lausanne, il vaut mieux alors se cantonner à ne faire que des plateaux de fruits de mer et encore…


Les frites sont plutôt correctes mais sèchent rapidement.


Un repas donc plutôt amusant et tout de même un peu triste avec un service franchement pas à la hauteur de l’établissement avec des jolies entrées et le reste vous avec compris… Les prix sont tout à fait corrects pour un Palace mais ne vous attendez tout de même pas à trouver le niveau d’un Lipp ou l’équivalent.